Grenoble, les cyclistes demandent un réseau complet, connecté et accessible à tous.


Grenoble, 16 mars 2018

Communiqué de Presse de l’ADTC - Se déplacer autrement

Baromètre des villes cyclables : Grenoble, les cyclistes demandent un réseau complet, connecté et accessible à tous.

À l’automne 2017, la FUB, Fédération des Usagers de la Bicyclette, a lancé la première édition du baromètre des villes cyclables. Cette enquête consiste à interroger les cyclistes sur leur ressenti dans leurs usages du vélo. Dans la catégorie des villes de 100 000 à 200 000 habitants, Grenoble obtient la première place nationale. L’ADTC remercie la FUB pour cette enquête et félicite les 3000 répondants sur notre territoire métropolitain, qui fait aussi de Grenoble une des villes avec le plus fort taux de participation (19 rep/1000 habitants).

Avec 15% de part de trajets domicile-travail à vélo (INSEE 2015), Grenoble est également la ville avec le plus de cyclistes du quotidien dans sa catégorie. Ces résultats sont les fruits d’une politique constante des dirigeants locaux en faveur des alternatives à la voiture individuelle opérée sur le territoire au cours de ces 30 dernières années. L’ADTC félicite ce travail continu, aujourd’hui reconnu nationalement.
Les résultats de cette enquête notent des points liés au ressenti des cyclistes, allant des aspects pratiques tels que la location et la réparation de vélo, le stationnement et les aménagements, à la sensation de danger lors des intersections ou concernant la cohabitation entre les modes de transports. Sur des aspects factuels, Grenoble obtient des bons résultats : on peut facilement louer des vélos et les réparer grâce à Métrovélo et aux réparateurs de biclous fortement présents dans la métropole ; le double-sens cyclable généralisé est présent presque partout dans la ville à 30 ; la ville communique et semble écouter les besoins des cyclistes.

De bons résultats ... selon des usagers expérimentés

Parmi les répondants grenoblois, 81 % déclarent un niveau de pratique bon ou expert, 76 % utilisent leur vélo tous les jours, majoritairement pour le travail ou les études (89%) ainsi que les déplacements utilitaires (78%). Ils sont aussi majoritairement masculins (61%).
Ces usagers pourtant expérimentés estiment que la ville n’est pas assez sûre pour la mobilité des enfants et des personnes âgées à vélo, que les traversées de carrefours et des giratoires sont généralement difficiles et que le stationnement illégal des véhicules sur les aménagements est courant. Les répondants estiment qu’être séparé du trafic motorisé est important (83%) et préconisent un réseau complet et sans coupure (69%) pour améliorer la pratique du vélo.

L’augmentation de la part modale du vélo à Grenoble doit donc passer par une plus grande accessibilité des aménagements, pour permettre à tous les âges et tous les niveaux de se déplacer. En particulier, l’augmentation du nombre de cyclistes pour la prochaine décennie se fera en permettant des accès sécurisés et confortables pour tous les établissements scolaires et installations sportives et de loisirs.
En parallèle, le vol de vélo est ressenti comme un vrai fléau. L’ADTC demande à la métropole de déployer des stationnements sécurisés et de communiquer largement sur les dispositifs de lutte contre le vol (sensibilisation et bicycode FUB)

Des points noirs ... bien connus

L’enquête comportait également des questions ouvertes sur les points noirs ainsi que les principaux lieux à problèmes. Sans surprise les grands axes et intersections du centre-ville sont les plus fréquemment cités (Berriat, Gambetta, Grands Boulevards, Quais, Estacade, Chavant, etc).
Si l’effort de la Métropole porte aujourd’hui sur la réalisation des axes Chronovélo, dont la mise en œuvre doit accélérer, elle ne peut faire l’impasse pendant le mandat courant sur le besoin d’amélioration ou de reprise de grands axes grenoblois déjà très fréquentés en particulier le cours Gambetta et les Grands Boulevards.

Un réseau connecté et accessible à tous pour 2020 ?

Un réseau performant doit pouvoir accueillir les cyclistes de demain. Dimensionnement, continuité et connectivité sont primordiaux pour le rendre attractif. Les itinéraires doivent être lisibles et les intersections fluides et sécurisée. Le futur schéma directeur doit prendre en compte ces considérations.
L’ADTC demande la mise en place rapide d’un plan d’action pour améliorer la continuité au niveau des intersections majeures, ainsi que le respect des standards européens pour la largeur des axes Chronovélo, soit 4 m minimum.
Se déplacer à vélo à Grenoble est de loin plus agréable que dans la majorité des villes en France, il reste beaucoup de travail pour tripler la pratique du vélo comme annoncé en début de mandat.

Contacts presse
● Emmanuel Colin de Verdière, secrétaire de l’ADTC - Se déplacer autrement
● Carole Kaouane, membre CA ADTC / membre CA FUB

PDF - 221.4 ko
télécharger 20180317 CP ADTC Barometre villes cyclables 2017 résultats (PDF - 221.4 ko)

16 mars 2018 / 21 mars 2018

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0